Déclaration Télétravail du SNTRS-CGT au CT du 4 octobre 2018

jeudi 4 octobre 2018
par  Laeti

Déclaration Télétravail du SNTRS-CGT au CT du 4 octobre 2018

La mise en œuvre du télétravail au CNRS, fortement attendue par nombre d’agents, arrive à sa phase ultime de déploiement. Nous soutenons naturellement cette revendication qu’ils considèrent comme une avancée sociale importante, mais notre devoir est de veiller aussi à la préservation des collectifs de travail et à empêcher les dérives possibles de cette redéfinition de l’organisation du travail dans les unités et services.

Nous continuons notamment à déplorer certains choix de mise en œuvre au CNRS, conduisant à une inégalité forte des agents désirant télétravailler en fonction de leur lieu de travail.
D’une part, la possibilité de travailler à distance repose en effet sur la mise en œuvre d’une connexion sécurisée de type VPN sur les postes de travail des agents, tâche devant être assurée par les ASR dans les labos. Outre l’augmentation de la charge de travail que cela va représenter à moyens constants pour les équipes concernées, tous les laboratoires ne disposent pas d’un ASR. Il est prévu dans ce cas que les services SSI des délégations assurent ces installations mais les DR n’auront pas plus les moyens d’absorber la charge de travail ni même de mettre en œuvre un accès sécurisé au réseau interne de l’unité lorsque celle-ci est sur un campus universitaire !
L’agent risque donc de se voir refuser sa demande pour ce motif, parce qu’il n’aurait pas la chance de travailler au bon endroit, ou par manque de personnels qualifiés qui seraient en capacité de chiffrer le poste de travail de l’agent souhaitant télé-travailler.

D’autre part, comme nous l’avons déjà déploré, le choix de sécurisation des données ou la mise en œuvre d’un lieu dédié dans le logement, vérifiable par le CHSCT, repose sur la responsabilité de l’agent. Or, l’achat du mobilier de bureau pour que l’agent soit bien installé, la mise en conformité de l’installation électrique de son lieu de télétravail représentent un coût que ne pourront pas se permettre nos collègues les plus pauvres ou économiquement fragilisés (et ils sont de plus en plus nombreux), ceci s’ajoutant au surcoût éventuel de leur assurance habitation.

Nous demandons à ce que le CNRS mobilise les moyens nécessaires pour aider les équipes chargées de mettre en œuvre le télétravail, ainsi que pour garantir l’égalité des agents face à cette nouvelle organisation du travail qui ne doit pas dépendre des moyens de leur laboratoire ou service mais uniquement de la nature du travail. Nous exigeons en outre que les agents n’aient pas à subir de surcoût pour assurer leur mission en faisant le choix de télé-travailler, et notamment que les agents les plus fragiles puissent être aidés pour leur permettre de travailler dans de bonnes conditions, telles que préconisées par le CHSCT.


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Annonces

Pétition contre le RIFSEEP

RIFSEEP : Le ministère abat ses cartes !

URGENCE : la mise en œuvre du Rifseep entérine les écarts de prime entre universités et organismes !

REFUSONS cette injustice !
REFUSONS ce régime de prime inégalitaire entre les établissements mais aussi entre les agents au sein d’un même établissement !

La pétition est en ligne à l’adresse :
http://www.sntrs-cgt.cgt.fr/phpPetitions/index.php?petition=5