CR réunion de section IRD du mardi 18 septembre 2018

jeudi 27 septembre 2018
par  section-ird

Etaient présents en visio :
Montpellier - Pascal Grébaut, Didier Bogusz, Odile Fossati, Espérance Cillaurens, Christian Picq, Nathalie Rouché et Eric Delacour
Marseille - Isabelle Giffard, Yoan Labrousse, Liliane Guedaguen

1. C.R. de la démarche ARACT (Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail), réunion du comité de pilotage du 7 septembre
Des expérimentations sont conduites dans le cadre du programme de prévention des RPS et d’amélioration de la QVT adopté fin 2016 par l’IRD. La DR Occitanie a souhaité s’inscrire dans cette démarche et notamment dans le plan d’amélioration de la QVT à l’IRD. En effet, la DR a connu des changements organisationnels importants impactant les situations professionnelles, notamment les métiers, le travail, les conditions de travail et les relations au travail. Dans ce contexte, l’IRD, et notamment la DRH, a sollicité l’Aract Occitanie (Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) pour l’aider dans la construction d’un véritable plan d’actions visant le développement de la QVT, au sein des services d’appui de la DR. 5 axes de travail principaux ont été définis lors de la réunion du 7 septembre dernier :
• Les collectifs et les relations de travail
• La gestion de la charge de travail
• La communication et la circulation de l’information
• Les pratiques de management
• Les parcours professionnels et le développement des compétences.
Nathalie nous a présenté cette démarche occasionnant des entretiens avec des agents, restitués anonymement, et 10 réunions d’une demi-journée d’ici fin octobre. Une AG d’information est prévue sur le centre de MPL le 21 septembre (demain vendredi !). Vous trouverez dans le doc ci-joint les modalités de fonctionnement de la démarche.
Ceci n’est encore qu’une étape, alors que les problèmes des fonctions support sont quand même identifiés depuis fin 2015.

2. Réponses du SG aux questions soulevées lors du dernier CTEP du 18 juin.
Dans ce courrier du 3 septembre, la SG annonce clairement sa volonté de déplacer le personnel administratif de Bondy sur Paris intra-muros où sont affectés sur 15 sites différents les chercheurs de l’IRD. Reste à trouver leur point de chute chez un partenaire (CIRAD, MNHN, universités, etc… ?). Aucun impact possible n’est décrit dans ce courrier, le principal restant pour nous qu’une telle mesure impliquerait la mort du centre de Bondy. Maintenant, est-ce qu’il faut s’arque-bouter à conserver ce centre où pratiquement plus aucun chercheur ne vient ? C’est à voir avec nos collègues bondynois. En tout cas nous demanderons plus de précisions à la direction sur ce projet au prochain CTEP.

3. Algorithme pour la répartition des crédits auprès des unités
La direction des finances, les dpts. Scientifiques ainsi que la MEPR (Mission pour l’Evaluation et la Programmation de la Recherche) ont finalisé en juillet dernier un algorithme pour déterminer les dotations de fonctionnement des unités de recherche. Cette dotation est constituée d’une part fixe de 15000€ / UMR et d’un forfait variable selon les effectifs locaux à l’étranger pour les UMI. La part variable est déterminée /le nb de chercheurs et IT IRD dans l’unité et la production scientifique (30% de la part variable). Concernant ce point c’est le nb de publis qui est important et pas leur facteur d’impact (convention DORA de San Francisco, signée par l’IRD cet été). Un bonus sera accordé aux unités ayant des gros financements extérieurs (style ERC). Le seul avantage que présente cet algorithme est la transparence mais il accroit les inégalités entre unités. « L’argent va à l’argent » est un adage une nouvelle fois vérifié puisque les mieux servis en crédits récurrents seront ceux qui ont le plus de financements extérieurs.
Il y a plusieurs informations manquantes dans la note de présentation comme le calcul du bonus contrat/candidature ERC ou la période sur laquelle sera calculé le nombre des publications. Que devient l’arbitrage des chefs de département ? La question à se poser est de savoir si les clés de répartition sont pertinentes et plus justes que l’arbitrage plus subjectif d’un chef de département.
4. Point sur les élections
Les listes sont quasi complètes pour les CAP, le CTEP et le CTS Occitanie. Sur notre liste du CTEP, il serait judicieux de retenir sur notre liste un(e) candidat(e) de recrutement local ayant les fonctions de régisseur pour faire remonter les éventuels problèmes qu’ils rencontrent (manque d’encadrement, de formation initiale, difficultés de s’opposer à l’ordonnateur de statut expatrié, pressions du personnel de recrutement local rencontrant des problèmes financiers …). Les camarades Sabrina (Brésil) et Napo (Cameroun) ont bien participé au CTEP (merci pour votre engagement !), mais compte-tenu des enjeux actuels de la politique de Macron sur la fonction publique française, la présence de délégués métropolitains au CTEP s’impose pour le rapport de force, sachant que nous continuerons à défendre comme il se doit nos camarades locaux des représentations.
Considérant les règles de représentativité, nous recherchons toujours une candidate IR2 à la CAP des IR, et deux candidats DR2 pour la CAP des DR.
Pour le CTS Sud Est, nous recherchons 2 hommes et deux femmes candidates qui nous permettraient d’obtenir une parfaite parité, mais à défaut, peuvent candidater 3 femmes et un homme.
Pour le CTS Ile de France, il nous sera difficile d’établir une liste, n’ayant plus trop de contact sur place hormis Clarence malheureusement absente de Bondy depuis au moins 4 mois.
Pascal a pris contact avec les camarades du BN à Paris et ceux de Grenoble et Nice pour avoir un petit coup de pouce
5. Date prochain CTEP
Celui-ci est prévu le 9 octobre, date de grève nationale et de manifestations contre la politique libérale de Macron qui accentue la baisse du pouvoir d’achat des fonctionnaires.


Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Annonces

Pétition contre le RIFSEEP

RIFSEEP : Le ministère abat ses cartes !

URGENCE : la mise en œuvre du Rifseep entérine les écarts de prime entre universités et organismes !

REFUSONS cette injustice !
REFUSONS ce régime de prime inégalitaire entre les établissements mais aussi entre les agents au sein d’un même établissement !

La pétition est en ligne à l’adresse :
http://www.sntrs-cgt.cgt.fr/phpPetitions/index.php?petition=5