Démission du CLHSCT de l’Inria Saclay

lundi 11 décembre 2017
par  Christine Leininger

Les représentants du personnel nommés par les organisations syndicales représentatives (SNCS-FSU, Sgen-CFDT Recherche EPST, SNTRS-CGT) au CLHSCT du centre Inria de Saclay Ile-de-France ont démissionné collectivement le 29/11/2017. Voici leur lettre de démission adressée au directeur du centre.

Bonjour,

Nous, représentants du personnel qui siégeons au CLHSCT de l’Inria Saclay ne voulons plus siéger, cette lettre ouverte est une alerte.

- nous n’avons pas de réponse aux avis et préconisations que nous formulons (cf. article 77 du décret 82-453).
- nous n’avons pas eu communication des documents demandés, notamment relatifs aux restructurations, Optin, mutualisation des assistantes de service, changement du travail des juristes et acheteurs.
- nous manquons de temps pour notre mission ; nos responsables hiérarchiques n’ont pas eu notification des jours d’autorisations spéciales d’absence prévus par le décret 82-453 (article 75-1). Ils ne les prennent donc toujours pas en compte dans notre charge de travail ... alors que nous siégeons depuis 2015. De plus, la charge de plusieurs d’entre nous a augmenté suite aux restructurations.
- la dispersion de notre centre sur plus de 10 bâtiments très éloignés les uns des autres complique encore plus notre coordination et notre contact avec nos collègues.
- toutes les réunions demandent beaucoup d’engagement et d’énergie ; soit que la réglementation n’est pas appliquée et que nous perdons beaucoup de temps à la discuter, soit que les personnes de l’administration qui siègent n’ont pas les moyens ni la latitude pour mettre en œuvre une réelle politique de santé et sécurité au travail, soit que les restructurations récentes, notamment Optin pour diminuer le nombre de postes d’IT, sont violentes et que l’administration ne veut pas en voir les conséquences sur le travail réel des agents. Nous n’avons plus cette énergie.
- plusieurs d’entre nous, comme de nombreux agents du centre, ne sont pas bien traités ; malgré leur engagement dans des conditions de travail rendues difficiles par les récentes baisses d’effectif et restructurations, leur travail n’est pas reconnu, ni la dégradation de leur travail. Comment avoir alors envie de s’impliquer pour le centre ?

Nous ne pouvons plus et ne voulons plus siéger dans ces conditions et nous présentons notre démission collective. Nous nous en remettons aujourd’hui au comité national hygiène sécurité et conditions de travail pour ce qui concerne la santé, sécurité, et conditions de travail pour notre centre.

Nous demandons que la direction reconnaisse les problèmes et aide les agents plutôt que de nier et dire que "tout va bien" ou "ce n’est pas de notre ressort". Nous attendons qu’elle s’engage dans une réelle politique de santé et sécurité au travail, qu’elle l’exprime et qu’elle la mette réellement en œuvre en tenant compte de l’analyse du travail réel, en participant aux visites, et en prenant en compte ce que font remonter les agents notamment au travers de leurs représentants.

Alain Couvreur, pour les représentants du personnel


Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Annonces

Pétition contre le RIFSEEP

RIFSEEP : Le ministère abat ses cartes !

URGENCE : la mise en œuvre du Rifseep entérine les écarts de prime entre universités et organismes !

REFUSONS cette injustice !
REFUSONS ce régime de prime inégalitaire entre les établissements mais aussi entre les agents au sein d’un même établissement !

La pétition est en ligne à l’adresse :
http://www.sntrs-cgt.cgt.fr/phpPetitions/index.php?petition=5